Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le blog tosregio

1 2 3 4 > >>

Articles avec #echo des negociations en cours

Déclaration intersyndicale

  • Dernière minute : Boycott de la Commission de dialogue social du 5/10 … voir notre communiqué de presse ci-dessous !

CDS du 5 octobre 2017 : une raison de plus pour être en grève le 10 octobre !

 

L’intersyndicale CFDT-UNSA-CGT-FO-FSU appelle tous les agents du Conseil Régional (siège et lycées) à la grève et à la manifestation le 10 octobre.

 

Les attaques du gouvernement contre la Fonction publique motivent déjà largement la grève, mais les projets calamiteux de la Présidente pour les agents régionaux plus encore !

La Présidente a annoncé qu’elle trancherait sur tous les sujets le 19 octobre … le 10 octobre, il faut absolument qu’elle voie la colère et le désespoir des agents. Vos organisations syndicales ont besoin de vous tous dans le sprint final des négociations !

  • Organisation de la manifestation du 10 octobre

L’intersyndicale du Conseil régional, ayant déposé un préavis de grève local démarrera devant le siège :

  • Site de Besançon Castan à 10h
  • Site de Dijon Trémouille à 14h

… pour rejoindre tous ensemble la grande manifestation Fonction Publique, qui aura lieu

  • A Besançon à 10h30 place de la Révolution
  • A Dijon à 14h30 place de la Libération.

Les agents des lycées peuvent
-->>>  Venir devant le Conseil Régional (4 square Castan à Besançon ou 17 Bd de la Trémouille à Dijon)

-->>> ou Participer aux manifestations dans la ville de leur choix :

  • AUXERRE : 14h Marché de l’arquebuse
  • BELFORT : 10h Maison du Peuple
  • BESANÇON : 10h30 Place de la Révolution
  • DIJON : 14h30 Place de la Libération
  • DOLE : 10h30 devant la Sous-Préfecture
  • LONS-LE-SAUNIER : 15h Place de la Liberté
  • MONTBÉLIARD : 14h Champs de Foire
  • NEVERS : 14h30 Place Carnot
  • PONTARLIER : 16h Place d’Arçon
  • SAINT CLAUDE : 10h30 devant la Sous-Préfecture
  • VESOUL : 10h30 devant la Préfecture
  • RAPPEL : Vous n’avez pas à prévenir de votre absence, c’est l’administration qui constate votre absence et vous ne pouvez en aucun cas être retenu pour nécessité de service.

    Si vous avez un impératif absolu, vous pouvez quand même vous déclarer gréviste par un message à la DRH … il faut être un maximum !
CDS du 5 octobre 2017 : une raison de plus pour être en grève le 10 octobre !

Voir les commentaires

Published by CFDT - Echo des négociations en cours

 

Sujet : RIFSEEP et régime indemnitaire (RI)

Pour mémoire : le RI actuel ne peut être maintenu qu’à titre individuel pour les agents en place, pour les nouveaux, c’est le RIFSEEP en cours de négociation qui s’appliquera au 1er/01/2018.

 

La réunion de dialogue social d’hier, basée sur un document peu clair (fait en urgence par les RH parce que le cabinet d’études n’avait pas fait son boulot), a permis
1/ de lever quelques ambiguïtés,
2/ de lister des questions à traiter,
3/ mais aussi de confirmer quelques inquiétudes
4/ et de rectifier le calendrier des négociations.

 

1/ Les points d’éclairage :
Principe : Les agents en place pourront garder leur régime indemnitaire actuel à titre personnel. Pour le nouveau règlement, la Région met des financements pour faire atteindre la moyenne du régime indemnitaire (en référence à la photographie des primes allouées par fonction) à ceux qui sont en dessous.

La situation des AMIRS a été clarifiée, car ils apparaissaient en fait dans la rubrique « Experts de catégorie B » avec un RI proche de l’actuel. On a fait remarquer qu’ils étaient en majorité en C… la rédaction sera améliorée afin qu’il soit clair qu’ils auront ce régime indemnitaire, quelle que soit leur catégorie (rappelons que la logique RIFSEEP est d’allouer un RI à un type de fonctions et non à un grade)

2/ Les questions à traiter par l’administration pour nous apporter une réponse :

  • Remonter le niveau de base de RIFSEEP  (agents d’exécution administratifs et techniques sans spécialité) estimé aujourd’hui à 310 euros par mois fixe, sans part au mérite, ce qui peut éviter les conflits de personnes.
  • Saisir l’occasion pour donner un signe fort aux encadrants des lycées et résoudre le problème des agents qui ont perdu du RI en passant agent de maîtrise
  • Etudier la question des contractuels : la CFDT est très défavorable à la proposition de ne donner le RIFSEEP de base qu’au bout de « 6 mois consécutifs » : cela met sur la touche les agents des lycées qui vont déjà pointer à Pôle Emploi à chacune des petites vacances scolaires.

    La Région qui affiche qu’elle est déjà passée d’un surcoût de 1,4M euros à 2,2 entre la version du 19 et du 26/09. Elle va chiffrer nos revendications.

3/ Inquiétudes

L’inquiétude essentielle aujourd’hui pour les agents en poste : l’administration envisage de les contraindre à passer au RIFSEEP lors des changements de grade. La CFDT dit NON, les agents doivent pouvoir conserver leur ancien RI jusqu’à ce qu’ils décident, eux de passer au RIFSEEP.
Comme certains ne gagneront à passer au RIFSEEP que s’ils bénéficient du CIA (part variable), ils n’ont pas à être obligés de passer en RIFSEEP !

 

CIA :
Rappelons que toutes les organisations syndicales ont demandé que tout soit dans l’IFSE (part fixe), qu’il n’y ait pas de CIA(part variable) : la Région a partiellement répondu à cette demande en :
- fixant un montant d’IFSE fixe par type de fonction (alors qu’ils avaient prévu des tranches au sein de chaque fonction) : c’est une sécurité.
- en imposant des CIA (parts variables) que pour les A et les encadrants C et B, ce qui peut éviter des conflits de personnes dans les équipes.
La CFDT demande une revalorisation des primes des 4 groupes de fonctions identifiés dans la catégorie C … mais en faisant porter cette augmentation sur l’IFSE.

4/ Révision de calendrier

Rappelons quand même que lors de la grève du 12/01, nous dénoncions le retard pris dans les négociations … 2016 à tourner en rond. Et maintenant tout va se boucler en 1 mois puisque la Région doit aboutir avant la fin de l’année et veut passer le dossier à la Plénière du 17 novembre !

Ainsi :

  • CDS le 5/10 confirmée : CIA, frais de déplacements, mutuelle …
  • CT du 19/10 transformé en CDS d’arbitrage de la Présidente. Normalement on doit avoir un tableau des positions de l’administration et des organisations, pour décision Présidente.
  • 8 novembre : CT sur TOUT ! ??? c’est difficile à imaginer ! On n’a encore pas finalisé les règlements de temps de travail, l’action sociale etc.

Point particulier sur la Mutuelle Intériale (contrat de Bourgogne).

La mutuelle de Bourgogne (Intériale) a dénoncé le contrat de groupe avec la Région parce qu’elle perd de l’argent, du fait d’un nombre insuffisant d’adhérents.

Il faut rappeler que si la Région Bourgogne avait fixé un niveau de participation-employeur décent, beaucoup plus d’agents auraient adhéré et il n’y aurait pas ce problème. Avec une participation dérisoire de la Région, la mutuelle n’a récupéré que les agents à la santé la plus détériorée (entrée sans examen médical), les autres préférant aller voir ailleurs.

La CFDT a demandé à la Région d’informer individuellement les agents concernés des démarches qu’elle entreprend… et ça devient urgent !

La Secrétaire de la section CFDT
du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
Dominique Aubry-Frelin 06 82 13 75 11

PS : Version imprimable ci-dessous

 

VERSION IMPRIMABLE et AFFICHABLE

Voir les commentaires

Published by CFDT - Echo des négociations en cours

Le dernier dialogue social a été « écourté » comme le dit pudiquement l’administration, parce que les organisations avaient en face d’elles un cabinet d’études qui semblait n’avoir pour objectif que  de les enfumer et des interlocuteurs sans mandat de négociation. Une réunion est reprogrammée mardi après-midi.

Certes nous avons eu vendredi à 20H un nouveau dossier et un nouveau rapport est annoncé, rien de rassurant pour autant.

Sans préjuger des réponses qui nous serons apportées mardi,
on peut déjà donner quelques grandes lignes :

  • Globalement le compte n’y est pas. La Région veut déjà nous faire travailler plus (plus d’heures- jours de congés en moins-, moins de récupération), sans nous faire gagner plus…(voire moins) !

  • La Région n’apporte pas pour l’instant de réponse précise sur la façon dont sera maintenu le régime indemnitaire des agents en poste à ce jour.

  • La Région prétend augmenter l’enveloppe globale de 1,4 M d’euros … franchement on ne voit pas où ça se trouve dans leurs simulations.

  • De gros problèmes vont se poser :
    - pour les A non encadrants. L’expertise, la technicité n’est pas reconnue. Or, on sait qu’aujourd’hui déjà la Région doit recruter avec des maintiens de primes à titre personnel, sinon elle ne parvient pas à recruter.
    De plus nous n’avons toujours pas le répertoire des métiers révisé et la carrière de ces A non encadrants y est également bloquée (des métiers où aujourd’hui les ingénieurs principaux sont majoritaires ne sont pas fléchés A+)

    - pour les AMIRS : ils ne sont pas identifiés de manière explicite (« agents spécialisés » ? avec 330 euros de RI fixe ?) et là aussi le problème du régime indemnitaire croise celui de la carrière : l’accès à la catégorie B est-elle garantie à ceux qui remplissent les conditions(concours ou ancienneté dans la limite déjà restreinte des quotas), les postes restent-ils fléchés en B comme ils l’étaient en Franche-Comté ? Il semble y avoir des doutes sérieux …
    Encore une technicité  non reconnue.

    - pour les B en général, toujours pris en sandwich et mal servis. Seuls les encadrants lycées de catégorie B connaissent une revalorisation … il faut dire qu’ils sont peu nombreux et ne vont pas coûter bien cher !

    - pour les C : peu de revalorisation, et pour les contractuels des lycées : du grand foutage de gueule, puisqu’ils devraient avoir 6 mois consécutifs de contrat pour en bénéficier … condition jamais réalisée puisque la Région les rebascule à Pôle Emploi pendant toutes les vacances scolaires, petites comme grandes !!!

La Région ne cherche-t-elle pas à faire partir un maximum d’agents pour dégraisser ?

On vous tient au courant, puisqu’il paraît que le dossier nécessite des explications techniques pointues … ça doit être drôlement compliqué pour dénicher les points positifs !

La Secrétaire de la section CFDT
Dominique Aubry-Frelin 06 82 13 75 11

Ci-dessous version imprimable de l'article

Voir les commentaires

Published by CFDT - Echo des négociations en cours

Temps de travail au siège : travailler gratis, la CFDT dit "NON"

N'hésitez pas à nous contacter.

La Secrétaire de la section CFDT
Dominique AUBRY-FRELIN 06 82 13 75 11
cfdt.Syndicat@bourgognefranchecomte.fr

Voir les commentaires

Published by CFDT - Echo des négociations en cours

Flash dialogue social du 6 septembre ... coup de rabot, on attend les contreparties !

Comme nous l’avions supposé (voir notre article d'hier), cette réunion marathon a été consacrée à lister les points de désaccord avec les projets de règlements de temps de travail et les propositions d’amendement des organisations syndicales.

Le déroulé de la réunion a été plus serein qu’en juillet, mais il faut bien faire un constat : ON CHERCHERAIT VAINEMENT UNE AVANCÉE SOCIALE  DANS LE PROJET !  Tout est revu à la baisse, avec une minutie extraordinaire. Les reculs sont partout : un exemple très simple : les jours pour événements familiaux sont rabotés pour tous les agents.

A partir du moment où, comme l’avait annoncé la Présidente dès la fusion, on perd les jours exceptionnels (jours présidente de FC, 2jours de B, jours férié précédés ou suivis d’un jour travaillé des lycées de B) … on attend des contreparties… et on attend toujours !

Article par article, nous avons fait des propositions pour conserver des acquis sociaux, voire améliorer des choses qui posait problème auparavant (ex. inscrire clairement dans le règlement des lycées que le temps d’habillage-déshabillage est sur temps de travail)

Nos points durs :

  • Pour tous les agents :

Que les jours de maladie, de formation, d’absence pour événement familial etc. viennent remplacer la journée prévue à l’emploi du temps sans qu’il y ait d’obligation de rendre du temps à son retour selon de savants calculs d’apothicaire qui tournent toujours au détriment de l’agent.

Que les jours pour événements familiaux soient rétablis dans une version acceptable, notamment que les jours enfants malade (qui sont heureusement plus fréquents que les décès) soient rétablis à 12 jours (sous réserve que le conjoint atteste qu’il n’en bénéficie pas), que les familles recomposées soient prises en compte (décès des enfants et petits-enfants de l’agent et du conjoint), les délais de route rétablis etc.

Que toute heure faite soit payée ou récupérée : tout est fait, surtout au siège, pour que les agents perdent des congés, voient leurs heures écrêtées…

  • Pour les agents des lycées :

Des garanties sont données sur le positionnement d’un certain nombre de jours de congés ou de fractionnement (ex : « vacances de Toussaint : 3 jours de congés annuels » etc.)

La CFDT a demandé fortement  (et y est très attachée) à rétablir un tableau avec 3 ou 4 formules (39, 40, 41, 42, 43 heures) qui affiche le nombre de jours non travaillés correspondants. C’est plus clair et ça évite d’organiser des emplois style 35h avec présence tous les jours. Il est impensable que les agents ne sachent pas de combien de jours non travaillés ils bénéficient.

La CFDT relève le manque de garanties apportées dans le projet de règlement quant au régime d’astreinte et aux limites posées aux contreparties demandées pour un logement en NAS (l’agent logé n’est pas taillable et corvéable à merci). Le sujet est reporté à une négociation ultérieure, nous veillerons à ce qu’elle intervienne très vite.

  • Pour les agents du siège …ça craint !

Les points litigieux sont légion, avant d’en lister les plus problématiques, donnons en le sens général : dans une époque où la surcharge de travail est flagrante, où aucune mission n’est abandonnée bien au contraire, où la proximité, la territorialisation nécessiteraient de la souplesse et de la confiance, le projet de règlement multiplie les occasions de travailler gratuitement (jours perdus car non posés au bon moment, heures écrêtées, contrôle soupçonneux  du chef de service sur le bien-fondé des crédit heures, début de journée autorisé seulement à partir de 7h45 au lieu de 7h30 etc.)

Tout cela habillé dans un beau discours sur le fait qu’il faut réguler le temps de travail, que les manageurs doivent se préoccuper de la santé de leurs agents. En fait la surcharge de travail, dont on nous dit qu’elle devrait s’apaiser (rien n’est moins sûr) fait qu’il est très généralement impossible de remplir ses missions dans le temps imparti.

Tel que le projet est rédigé aujourd’hui, LE POIDS DE LA FUSION EST PORTÉ PAR LES AGENTS … sans contreparties, sans confiance, sans souplesse.

Certes la DGS souligne que le nouveau système des heures supplémentaire mis en place dans ce projet va permettre de demander à son N+1 de valider en amont des heures supplémentaires, et cela pour toutes les catégories. On sait que les pratiques sont dans ce cas très inégales selon les services et que les chefs de service sont quand même vivement incités à en accorder le moins possible (même si ce n’est pas écrit !!)

Le projet actuel envisage (et c’est inacceptable pour la CFDT) une marge de manœuvre de 3h30 de crédit-débit/mois à la main de l’agent (au lieu de 8 à 12h/mois)… avec en plus un contrôle du chef de service sur le bien-fondé de ce dépassement, et une possibilité de refuser la récupération. C’est le sommet du manque de confiance. Les agents ne viennent pas travailler, surtout dans le climat actuel, pour le plaisir de faire des heures !

Le système franc-comtois de planification prévisionnelle annuelle des absences est repris, mais avec un cadre « trimestre » au lieu de « quadrimestre ». Nous revendiquons le retour au quadrimestre… un peu plus souple.  

Car l’exercice de programmation va nécessiter un certain niveau en mathématiques pour éviter les chausse-trape : il faudra caser les 5 jours de congés report avant le 30 avril, ses jours ARTT par trimestre, et 8 jours de congés annuels en dehors de la période du 1er mai au 31 octobre pour bénéficier des 2 jours de fractionnement … ça va être chaud sur le début d’année !

Ce sont les grandes lignes sur lesquelles nous devons avancer, l’analyse plus détaillée du projet fera l’objet de débats avec vous en heures d’information syndicale. N’hésitez pas à nous interpeler.

La Secrétaire de la section CFDT du Conseil Régional BFC
Dominique Aubry-Frelin 06 82 13 75 11

P.S Ci-dessous version imprimable pour affichage

Voir les commentaires

Published by CFDT - Echo des négociations en cours

Vous trouverez ci-dessous le résultat du travail intersyndical réalisé aujourd'hui : nous avons revendiqué un calendrier précis de négociation et une méthode de travail avec des moyens pour travailler.

Nous avons travaillé la question de la RIFSEEP ... quelques données demain sur notre blog ... et levé une réunion où l'électricité crépitait dans l'air : besoin de vacances, fatigue, problèmes non-dits, pas terrible pour du "dialogue social" ... bref on reprend en septembre !

A demain, avant midi comme toujours.

La secrétaire de la section du Conseil régional
Dominique Aubry-Frelin 06 82 13 75 11

Dialogue social du 5 juillet 2017 :
Dialogue social du 5 juillet 2017 :

Voir les commentaires

Published by CFDT - Echo des négociations en cours

Dialogue social du 11 mai 2017

1/ Intervention CFDT (voir notre article précédent) sur les critères d'avancement/promotion suite : nos craintes se confirment, la CAP risque d'être très décevante pour les agents des lycées (pour les autres nous verrons le 15 au soir lorsque les élus CAP auront les dossiers). Aucune réponse de l'administration à notre intervention ...

2/ Les critères pour les futures primes RIFSEEP ont été débattus, mais ce n'est pas vraiment parlant puisqu'à ce jour, aucun montant n'est avancé (la Région va prendre un prestataire extérieur pour faire des simulations ...
 

3/ L'action sociale a été survolée :

Positif : un fonds d'urgence est à l'étude pour répondre aux cas de grande précarité signalés par les assistantes sociales et qui se trouvent dans les angles morts des politiques CAF, CCAS etc.

Les organisations syndicales sont d'accord pour demander un rôle central des assistantes sociales dans l'attribution des aides (confidentialité, professionnalisme). La CFDT demande qu'un suivi social soit proposé aux bénéficiaires pour les aider à rééquilibrer durablement leur budget. Le montant et les modalités ne sont pas fixés.

Les chèques déjeuner :
Point noir : le projet actuel de l'administration est :
- de les supprimer pendant les jours RTT
- de les supprimer au delà de l'indice 700
- et SURTOUT : de dématérialiser.
La CFDT a répercuté l'opposition de nombre d'agents à ce système, car il ne permet pas d'utiliser la carte le dimanche, ni au delà de 19,8 euros.

De plus il est possible de commander une partie de chèques dématérialisés et une partie papier : nous demandons fortement que ce choix soit laissé aux agents.

Point positif pour la zone bourguignonne : passage à 7 euros avec 60% de prise en charge ... alignement sui la Franche-Comté.
Pour les lycées : Valeur d'un repas en lycée : 2,80 (réduction de 30 cts)
Nous avons fait remarquer que les agents francs-comtois n'ont que les reculs et aucune avancée, et que nous revendiquons une avancée pour tous (8,50).

Nous sommes preneurs de vos réflexions.

La secrétaire de la section CFDT du Conseil Régional
Dominique Aubry-Frelin 06 82 13 75 11 (sms conseillé)

 

Voir les commentaires

Published by CFDT - Echo des négociations en cours

 

Réunion avec Présidente et DGS 23 mars 2017

 

  • 1er temps Les organisations syndicales s’expriment sur le ressenti des agents et des représentants du personnel : au moment où les agents mettent tout en œuvre pour que la fusion fonctionne vis-à-vis des usagers, la Région par toute une série de mesquineries leur fait sentir la suspicion de l’institution. La Région supprime toute souplesse au moment où il en est besoin de pouvoir innover, s’adapter … la souplesse, ils doivent la prendre sur leur temps personnel et c’est inacceptable. ETC

Présidente : « Il me semblait que l’on était d’accord pour une alternance de temps techniques où l’on note les divergences et de temps politiques où l’on tranche, ou je tranche ». La Présidente et le Vice-Président ne veulent pas au départ comprendre que nous avons joué le jeu le 16 février, mais qu’on ne veut pas jouer à ça jusqu’en juin !

 

  • 2ème temps : Après ce temps de mise au point, un temps plus constructif s’ouvre :

    La Présidente cherche a renouer le dialogue

La CFDT propose que l’on travaille à un tableau en 2 colonnes : point de vue de l’administration/point de vue des syndicats… avant que la Présidente tranche. La présidente et la DGS acceptent cette méthode. La Présidente affirme qu’elle « n’écarte rien »…

La présidente reconnaît que les choses ont été présentées aux OS d’une manière qui a pu être prise pour une provocation, ce que nous confirmons.

 

La Présidente et le Vice-président rappellent qu’il ne faut pas affoler les agents, « que rien ne change tant que le nouveau règlement n’est pas voté » ...

La CFDT en profite pour rappeler que donc les agents de Franche-Comté garderont cette année les 3 jours Présidente et ceux de Bourgogne les 2 jours de congés supplémentaires (27 jours de congés au lieu de 25 + 2 de fractionnement). .. Un peu obligés de dire « OUI », c’est logique et si l’on veut que la parole des élus soit crue, il faut appliquer ce qu’on dit !
Donc nous attendons la définition de ces jours.

 

  • SUITE des négociations :

Les élus proposent que l'on abandonne provisoirement la question du temps de travail, ce point de crispation.
Les prochaines réunions seront donc consacrées au régime indemnitaire et également aux évolutions vers agent de maîtrise et agent de maîtrise principal (notamment dans les lycées).
A savoir aussi : si l'on n'aboutit pas en juin, l'"accord global" sera vu en CT de septembre. C'est un signe qui semble éviter le passage en force ...

Nous vous tiendrons informés au fil des réunions.

La Secrétaire de la section CFDT
du Conseil régional
Dominique Aubry-Frelin 06 82 13 75 11

 

 

Voir les commentaires

Published by CFDT - Echo des négociations en cours

Les 5 syndicats de la Région ont boycotté la réunion de dialogue social du 16 mars…. Vous imaginez bien qu’une telle unanimité a ses raisons.

Voici pour la CFDT ce qui « coince » :

Dans son ensemble le projet est humiliant, mesquin, plein de suspicion envers les agents, sans aucune souplesse alors que les nouvelles modalités de travail dans une région élargie, nécessitent confiance, innovation, reconnaissance, autonomie … c’est exactement le contraire qui est proposé : c’est une charte du bénévolat forcé et du flicage. C’est à la fois méprisant pour les agents et contreproductif pour la Région.

  • Problèmes de fond :

Qu’est-ce qui dans ce texte nous a le plus hérissé ?

  • Le retour à 1607h pour tous, c’est 4 à 5 jours de travail supplémentaire par agent et par an, soit 4200 agents X 4j minimum = 16 800 jours = 134 400 heures
    ET 134 400 heures/ 1607 = 83 postes à temps plein … un peu plus que les 60 suppressions de postes annoncées par la Présidente sur la mandature.

  • On a commencé par une promesse d’effectifs constants, mais ensuite 8 à 10% des effectifs ont été absorbés par les nouvelles directions/missions, donc les anciennes missions demeurent … à effectifs réduits ! D’où surcharge de travail de plus en plus insupportable.

  • Une formule ARTT usine à gaz, dans laquelle chaque année, on recalcule le nombre de jours à travailler en fonction du nombre de férié, pour être sûr de ne jamais nous faire grâce d’un jour… quel que soit le nombre de férié, il n’y aura plus que des « années de patron » !!

  • Un crédit d’heures limité à 3h sans possibilité même d’une ½ journée de récupération. Audelà il faudra demander aux chefs de service de signer des heures sup en amont … et comme ils ont la consigne de ne pas en signer beaucoup, ça va être plus qu’inconfortable pour les agents (qui auront à choisir entre bénévolat et conflit avec leur hiérarchie)… et pour les chefs de service qui n’auront pas les moyens de demander du travail supplémentaire dans les pics de travail à leurs agents…

  • La possibilité de travailler « 6 heures minimum 10 heures maximum) … audelà c’est pour votre pomme ! et avec l’étendue de la Région ça va revenir souvent.

  • L’inacceptable traitement des directeurs et chefs de service qui sont censés aller sur « l’autre site » matin et soir sur temps perso et à leur frais. De même pour les agents informatiques : une résidence administrative par bassin d’emploi revient à les faire se déplacer à leurs frais, sur leur perso !

  • Aucune majoration pour les missions ou formations hors région ou de plus de 8 heures, aucune majoration pour le travail du samedi

  • Suppression totale du tableau des autorisations d’absence pour raisons familiales et retrait d’ARTT sur ces jours (ce qui est carrément illégal et contraire à la circulaire)

  • Plus toutes sortes de petites mesquineries et des absurdités : par exemple, on rappelle que la pause méridienne de 45mn est obligatoire et trois lignes plus loin, on imagine les cas où « une réunion couvre la totalité de la pause méridienne » … et bien ce sera 45mn quand même … de bénévolat (avec un chèque déjeuner en moins !)

  • Problèmes sur la forme :

  • Entre deux réunions de dialogue social, non seulement aucun des problèmes de fond soulevés n’a été résolu, mais le texte a été durci,

  • Il ne nous a été annoncé que des régressions sociales, aucune compensation … la négociation semble un terme inconnu des soidisant « négociateurs »

  • Rappelons que le délai pour tout régler est fixé au CT du 27 juin … à l’allure où on va, on arrivera à cette date avec des projets inacceptables qui seront passés en force et après tout le monde partira en vacances pour oublier la galère qui l’attend !

Dans un moment où les agents donnent tout pour que la fusion de fasse au mieux, ils sont traités comme des fraudeurs en puissance, dans un moment où les heures supplémentaires gratuites s’accumulent, où la fin de réorganisation laisse des agents sur le carreau, c’est un signe éminemment négatif qui est envoyé aux agents et à leurs représentants.

Croyez bien que le boycott n’est pas notre tasse de thé habituelle, mais sachez que toutes les organisations syndicales, après lecture des textes sont arrivées à la même conclusion : devant autant de rigidité d’un autre âge, c’était la seule réponse possible !
Nous comptons sur notre rendez-vous avec Mme la Présidente et Mme la DGS, ce jeudi 23 à 15h30 pour débloquer la situation … C’est urgent pour les agents comme pour la Région : la démotivation, pour ne pas dire la désespérance est aux portes de notre collectivité, et pourtant la conscience professionnelle des agents est encore vive sous la braise !

A bientôt pour un compte-rendu ...

La Secrétaire de la section CFDT du Conseil Régional
Dominique Aubry-Frelin 06 82 13 75 11

 

 

 

Voir les commentaires

Published by CFDT - Echo des négociations en cours

  • La prochaine étape du dialogue social aura lieu le 16 mars après-midi sur l'ordre du jour suivant :

- Suite de la 1ère réunion sur le temps de travail siège
- Temps de travail lycées (1ère étape)
- RIFSEEP (1ère étape)
- Démarche métiers.

Le point sera fait a l'issue de cette réunion et des réunions d'info mises en place.

Pour Besançon-siège retenez en avant 1ère : le lundi 20 mars de 11h à 12h30 salle de l'Imprimerie.

  • Aujourd'hui 13/03 de 14h à 16 h : réunion de la cellule "Bien vivre au travail" : nous avons traiter des suites données aux situations signalées par les organisations syndicales dans la lycées et à la Direction Communication.

Le taux d'absentéisme 2016 a été étudié, mais nous attendons avec impatience les taux de janvier-février 2017 (normalement pour le prochain CHSCT)

  • Réunion de bureau de la section demain 14/03 à Dijon, nous définirons les grandes lignes de notre travail pour les mois à venir, ainsi que la date de réunion d'info pour Dijon-siège.

N'hésitez pas à nous faire remonter questions et problèmes.

Veuillez excuser les problèmes de présentation rencontrés sur notre blog !

La Secrétaire de la section CFDT
Dominique Aubry-Frelin (06c 82 13 75 11 Sms de préférence)

Voir les commentaires

Published by CFDT - Echo des négociations en cours

1 2 3 4 > >>
Haut

  le blog tosregio

NOUVEAU ! Le blog tosregio évolue, il devient le blog CFDT d'information de tous les agents du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, sièges et lycées de Bourgogne-Franche-Comté. Le blog CFDT, c'est la garantie d'une information immédiate, accesible sur les intranets non encore fusionnés, Mais surtout, directement et sans mot de passe sur internet : tapez "tosregio" sur Google et vous trouvez !

Hébergé par Overblog